Sur le blog

Adultes surdoués : comment sortir de la procrastination au travail ?

25.03.2019

Si n’importe qui peut procrastiner, de manière occasionnelle ou générale, les adultes surdoués excellent dans cet art de reporter au lendemain ce qui pourrait être fait aujourd’hui. À l’occasion de la Journée Internationale de la Procrastination, intéressons-nous aux mécanismes qui favorisent cet immobilisme chez eux, tout particulièrement au travail, et aux moyens de les désactiver.

 

Dotés d’une intuition et d’une sensibilité bien au-dessus de la norme, les adultes surdoués (ou HPI pour « Haut Potentiel Intellectuel ») ont une intelligence globale qui fonctionne par arborescence et ne leur permet pas toujours d’expliquer de manière séquentielle comment ils sont arrivés à la bonne réponse. Ce fonctionnement atypique doublé d’une rapidité de réflexion déconcertante provoque souvent des incompréhensions de leur entourage, et un doute intérieur permanent sur la justesse de leurs propositions et réflexions.

Le doute, meilleur ami de la procrastination des HPI


Étiquetés « différents », « atypiques », « trop » ou « pas assez » depuis leur enfance, les adultes surdoués souffrent d’un important manque de confiance en eux, visible ou non, faisant douter même les meilleurs génies ou champions. Tiraillés par un questionnement permanent, les HPI se remettent sans cesse en question : « Est-ce que je vais y arriver ? », un doute perpétuel qui pourrait facilement les conduire à l’immobilisme.

 

La plupart d’entre eux réussit à le surmonter, au prix de grands efforts. Mais la moindre remarque d’un collègue ou d’un supérieur suffit à réactiver l’inquiétude et à les tétaniser, risquant ainsi de les renvoyant à la case départ. Ces atermoiements permanents peuvent provoquer chez des adultes surdoués des difficultés à agir, à prendre un sujet en main. C’est particulièrement vrai dans les univers professionnels complexes, rapides, en transformation permanente : il y aura toujours un paramètre supplémentaire qui mériterait d’être étudié, un élément de contexte qui pourrait changer la donne, une nouvelle information à attendre, bref, une bonne raison de temporiser pour être sûr de ne pas se tromper…

 

Et le perfectionnisme aussi !


Cette faible estime de soi, très fréquente chez les HPI, va de pair avec un perfectionnisme poussé à l’extrême. Dotés d’une conscience professionnelle et de valeurs plus fortes que la moyenne, les adultes surdoués veulent toujours exécuter les choses qui les intéressent de manière parfaite. Cela correspond à leur standard d’exigence personnelle. Sauf qu’à force de placer la barre trop haute, ils ont été plus d’une fois en difficulté pour réaliser leurs grands projets : manque de temps, de moyens matériels et humains, de soutien professionnel. Ils se retrouvent alors dans un cercle vicieux qui altère encore plus l’image qu’ils ont d’eux-mêmes. Alors, plutôt que de risquer de se confronter à un nouvel échec, ils adoptent bien souvent des conduites d’évitement qui conduisent à la procrastination.

 

La frénétique hyperactivité cérébrale des adultes surdoués


Autre caractéristique des adultes surdoués, l’activité débordante de leurs neurones qui ne leur laisse aucun répit. Attentifs au moindre stimulus de leur environnement, dotés d’une grande perméabilité sensorielle et d’une très forte empathie, les HPI sont incapables de s’arrêter de penser et éprouvent de grandes difficultés à trouver le calme intérieur. Ils sont fréquemment sujets à des vagues émotionnelles intenses qui les laissent épuisés intérieurement, alors même que rien ne se voit.

Heureusement, quand elles sont bien comprises et utilisées, ces aptitudes leur donnent une impressionnante capacité à passer en revue différents scenarii de manière très poussée, des plus optimistes aux plus pessimistes. Mais mal contenues, elles peuvent créer là encore une forme de tétanie face à « ce qui pourrait arriver si ».  Chaque hypothèse apparaît de manière bien plus concrète à un adulte surdoué qu’à son entourage, et suscite une angoisse bien difficile à gérer, au risque de préférer parfois ne rien faire plutôt que de l’affronter.

 

Quand trop de curiosité paraît nuire à la concrétisation

 

Autre facteur qui favorise la procrastination chez les adultes surdoués : leur vivacité intellectuelle. Ils accomplissent leurs tâches bien plus vite que les autres, ont besoin d’alimenter leur grande curiosité et adorent faire des connexions entre des sujets a priori sans liens.

Ils retardent donc la finalisation de certaines tâches jusqu’à la dernière minute, sachant que cela leur demandera peu de temps. Ils prennent en revanche le temps de faire des recherches pointues sur internet par exemple, de benchmarker, de croiser des idées avec des sujets connexes, de confronter de multiples avis divergents donnant ainsi l’impression de procrastiner... jusqu’à l’arrivée de la deadline ! L’urgence les fait alors passer mécaniquement du monde des idées à celui de l’action concrète, avec succès.

C'est ce que l'on appelle la procrastination active qui est relativement inoffensive et fait des adeptes parmi ceux qui se sentent plus performants sous pression. Ce comportement est particulièrement irritant pour les managers non avertis de ce fonctionnement atypique. Ils ont le sentiment que ces collaborateurs sont désorganisés et n'arriveront jamais à leurs fins, ce qui ne sera jamais le cas sauf en l’absence de deadline ou lorsque la deadline initiale est considérablement avancée, laissant les adultes surdoués perdus dans les méandres de leur curiosité dévorante.

 

Quels leviers d’action pour arrêter de procrastiner ?

 

Les HPI ne faisant rien à moitié, la procrastination peut susciter de vrais blocages dans leur vie professionnelle, occasionnant des tensions importantes avec leurs managers et collègues. Comment les aider à en sortir ?

 

Si vous êtes manager d’adultes surdoués

 

Gardez à l’esprit qu’il est essentiel de fixer des deadlines claires qui aideront vos collaborateurs HPI à s’organiser pour les respecter.

Ayez à cœur de créer de la confiance, en faisant preuve d’écoute, d’authenticité et d’exemplarité au quotidien : les HPI sont des hypersensibles qui perçoivent toutes les vibrations émotionnelles et qui attachent beaucoup de prix à la sincérité. Pour y arriver, inutile d’essayer d’être un manager parfait, c’est impossible, mais attachez-vous plutôt à être "un manager aussi bon que possible", en vous appuyant sur vos points forts tout en respectant vos limites. Ne jouez pas un rôle, soyez vous-même.

 

Autre point important : gardez à l’esprit que les adultes surdoués ont un besoin permanent de réassurance. Les complimenter sur leur travail, valoriser leurs idées et propositions, ne pas remettre en question leur mode de pensée, même si vous ne le comprenez pas toujours… sont autant de manières de contrebalancer leur manque de confiance en eux.

 

Si vous êtes un adulte surdoué

 

Lutter contre votre tendance à la procrastination passe par la restauration de votre estime de soi et un travail sur votre rapport à l’erreur. Plusieurs pistes s’offrent à vous.

 

Entamer un coaching professionnel avec un expert rodé aux spécificités de fonctionnement des adultes surdoués vous aidera à identifier ce qui crée chez vous les conditions de la procrastination. Les séances successives permettront alors de trouver et d’expérimenter vos propres moyens d’en sortir. Pensez aussi à rassurer votre manager, en lui expliquant votre mode de fonctionnement et en lui donnant des exemples de vos réussites passées.

 

Cultiver votre créativité est essentiel. Qu’elle soit visible ou encore à l’état de potentiel, les adultes surdoués sont naturellement très créatifs, mais parfois bloqués dans l’expression de ce trait de personnalité. Créer vous permettra de vous décomplexer face à l’erreur en la voyant non plus comme un échec mais comme une étape pour aller vers des créations artistiques, scientifiques, ou plus ancrées dans le quotidien comme la cuisine, le jardinage ou le bricolage. Un coaching peut là aussi être utile pour apprendre à exprimer votre créativité grâce à des approches et des outils appropriés.

 

L’improvisation théâtrale, un outil original pour canaliser le mental et les émotions
 

L’utilisation de techniques d’improvisation théâtrale est particulièrement intéressante pour les adultes surdoués. Obligés de lâcher-prise, de s’impliquer totalement dans le jeu avec leurs partenaires, ils parviennent à canaliser leur mental envahissant et apprivoiser leurs émotions. Ces techniques pourront ensuite être réactivées en situation professionnelle, pour faire face à des situations de blocage, et les contourner de manière créative pour se remettre en mouvement.

 

Ces situations font écho chez vous ? Vous faites partie des 72% des actifs et étudiants français qui déclarent procrastiner au travail, à raison d'1h54 en moyenne par jour (sondage OpinionWay pour JeChange, 2018) ? Vous vous sentez directement concerné par le sujet des adultes surdoués ? Ne remettez pas à demain, et parlons-en dès maintenant !

 

>> Contact :  v.bouton@leadinov.com

 

>> À lire aussi : Devenez un pro de l’improvisation !


Ce sujet de l’improvisation théâtrale vous intéresse ? Je vous donne rendez-vous le 4 avril sur le blog du Congrès Douance pour la publication d’un article consacré à ses bénéfices pour les adultes surdoués.

 

 

 

 

 

Please reload

Pour commencer à utiliser Disqus, dirigez-vous vers le panneau de propriété.
L'auteur

Je suis Véronique Bouton, coach certifiée HEC, dirigeante fondatrice de Leadinov.

J'accompagne les entreprises dans leur souhait de connecter les talents multiples pour gagner en bien-être, innovation et performance.

Je partage sur ce blog l'actualité du coaching, de l'intelligence collaborative et du coaching des adultes surdoués, profils atypiques.

Catégories
Tags