Sur le blog

Difficultés relationnelles au travail : peut-être managez-vous un adulte surdoué sans le savoir ?


Psychorigide ou au contraire désordonné, distant ou hyper-émotif, silencieux ou volubile, très vif dans le traitement des dossiers qui l’intéressent et c’est tout … ces adjectifs vous évoquent l’un de vos collaborateurs ? Peut-être managez-vous sans le savoir un adulte surdoué, à l’intelligence dite « atypique ». Comment identifier ces adultes également nommés « HPI » (à Haut Potentiel Intellectuel) ? Comment fonctionnent-ils ? Comment favoriser leur intégration dans l’équipe, libérer leur potentiel en alliant épanouissement individuel et performance collective ? On fait le tour du sujet.


On estime que seule une minorité des adultes surdoués… savent qu’ils sont surdoués. Car beaucoup vivent très bien ce mode de fonctionnement particulier et l’assument avec quelques stratégies intuitives d’adaptation qui les aident à s’épanouir. La majorité des adultes surdoués réussit à composer avec ses singularités, à en faire une force, se sachant surdoués ou pas.

D’autres vivent plus mal leur « intelligence atypique » et suscitent parfois des réactions déroutantes pour leur entourage professionnel. Mais si l’on comprend leur fonctionnement et qu’on leur offre un management adéquate, ces collaborateurs surdoués deviennent alors un formidable atout pour votre équipe et votre entreprise.

A quoi reconnaît-on un adulte surdoué ?


Il n’existe pas de profil type, et les surdoués manifestent des talents très différents, avec des personnalités variées. Toutefois, certains traits de caractère leur sont communs : une rapidité de pensée, une tendance à faire des liens entre des sujets qui n’en ont a priori aucun, une hypersensibilité, une forte intuition doublée d’une vision globale, une grande curiosité. Ils sont habités par un questionnement permanent, et souvent dotés d’une conscience professionnelle au-dessus de la moyenne.

Par ailleurs, vous pourriez reprocher à certains d’entre eux d’être arrogants, impulsifs, aigris ou encore pas assez assertifs ou trop idéalistes et vous auriez raison. Sachez que ces comportements négatifs sont souvent générés par les difficultés qu’ils rencontrent à trouver leur place. Ils tentent en vain de rentrer dans un moule, s’auto-limitent, tout en souhaitant croiser un jour un poste, un manager qui saura créer les conditions de leur épanouissement professionnel.

Quand HPI rime avec difficultés relationnelles au travail

Comme tout individu au travail, l’adulte surdoué peut éprouver des difficultés à s’intégrer dans un collectif ou à composer avec des normes ou des process. Mais certains traits de sa personnalité, propre à son intelligence atypique, peuvent exacerber ce mal-être et les tensions qu’il cristallise.

Hypersensible, quand on est un adulte surdoué, travailler dans un open space où les stimuli sont nombreux, c’est un vrai problème. Cela peut amener ces collaborateurs à être intolérants vis-à-vis de leurs voisins de bureau, sans que l’origine de leur mécontement soit bien comprise.

Leur manière de réfléchir, fondée sur l’intuition et une vision globale, les amène à identifier des solutions plus vite que les autres, sans réussir à expliquer comment ils sont arrivés là. Ce qui peut provoquer des grincements de dents de la part de leurs collègues, jaloux ou agacés par ce qui est perçu comme de l’hyperactivité ou de la superficialité. Et puisque les adultes surdoués voient la solution avant tout le monde, ils manifestent parfois une impatience, voire une incompréhension totale vis-à-vis de la « lenteur » de leur entourage, autre source de tensions potentielles.

On leur répète depuis l’enfance qu’ils sont bizarres, ne réfléchissent pas comme les autres, sont trop ceci ou trop cela, un discours qui génère un manque de confiance en eux, tenace. Ils se remettent en question en permanence, et prennent de plein fouet le moindre reproche sur leur travail. Ce qui, en tant que manager, est très déroutant tant leurs réactions face à une remarque anodine peuvent paraître disproportionnées.

Ce manque de confiance va de pair avec une très forte émotivité, qu’ils ne savent pas toujours canaliser, naviguant souvent entre deux excès : se couper de ses émotions ou bien laisser libre cours à ses affects. Dans le premier cas, ils paraîtront froid et insensible. Dans le second, ils seront qualifiés de tempérament explosif ou dépressif. Colères, pleurs, démotivation sont des manifestations fréquentes de ces vagues émotionnelles qui traversent les adultes surdoués plus souvent et plus fortement que les autres. Heureusement la joie, la surprise, l’excitation d’un nouveau projet et autres émotions agréables sont également ressenties très fortement par les surdoués ! Mais là encore, c’est souvent mal interprété ou mal compris par leurs collègues, car « trop, too much ! », ce qui peut aggraver encore leur mal-être.


Quelques clés pour manager un adulte surdoué


Décidément, toutes ces situations vous parlent, et vous pensez compter dans vos effectifs un adulte HPI qui s’ignore ou n’a pas souhaité vous en parler ? Peut-être vous reconnaissez-vous aussi dans cette description ? Bien souvent les surdoués se reconnaissent intuitivement entre eux. Sans le savoir, il est fréquent de recruter un collaborateur surdoué quand on l’est soi-même. La bonne nouvelle, c’est qu’une fois que vous avez saisi ses particularités de fonctionnement (et les vôtres), vous pouvez l’aider à libérer ses compétences, à oser partager le fruit de sa pensée rapide et originale. Il sera alors un précieux apporteur d’idées, de créativité, un allié du changement et de l’innovation en même temps qu’un collaborateur intègre et fidèle. Comment faire ?

Laissez-lui de l’autonomie

Un adulte surdoué ne pense pas comme les autres, il ne le fait pas exprès, c’est un fait. Plutôt que de l’obliger à rentrer dans un moule avec un gros effort d’adaptation, consommateur d’énergie et générateur de stress, discutez avec lui des outils avec lesquels il se sent à l’aise et de ses besoins spécifiques.

Les HPI ont une conscience professionnelle plus développée que les autres. Comme, depuis tout petit, ils craignent de ne pas comprendre ce que l’on attend d’eux et estiment avoir toujours quelque chose à prouver, ils sont très exigeants avec eux-mêmes. Alors faites-leur confiance, laissez-les mener leurs projets à leur façon tout en exerçant un contrôle distant et bienveillant.

Offrez-leur de l’autonomie dans un cadre. Challengez-les pour les aider à traduire leur pensée et leurs propositions afin de les partager efficacement avec l’entreprise. Si votre collaborateur surdoué est lui-même un manager, ne l’obligez pas à surveiller de trop près son équipe, ne lui demandez pas de nombreux reportings détaillés : il ne pourrait les faire qu’au prix d’un immense effort d’adaptation et ce serait contre-productif. Le manager surdoué privilégie naturellement l’autonomie d’action et la liberté de raisonner.


Surveillez ses limites


Hyper émotif, hyper engagé, hyper anxieux, l’adulte surdoué est plus susceptible que les autres de subir un burn out. Il est très impliqué, dispose d’une grande force de travail mais s’écoute peu, et n’a pas conscience de ses limites. En tant que manager, à vous de veiller à ce que ces collaborateurs ne surinvestissent pas les tâches qui leur sont confiées, et qu’ils ne se mettent pas en danger. Avec diplomatie toutefois, car n’oubliez pas que toute remarque est vécue comme une remise en question profonde de leur travail. Assurez-vous aussi qu’ils ont bien les moyens de réaliser ce qu’on leur a confié, car si ce n’est pas le cas, ils ne penseront pas à demander... Au contraire, ils vont repousser leurs limites au-delà du raisonnable pour y parvenir quand même.


Offrez-lui de la reconnaissance


Depuis l’enfance, la personne HPI est cataloguée comme bizarre, pas comme les autres. Le doute permanent qui habite les surdoués les rend très humbles, et ils n’ont pas le sentiment d’être particulièrement doués, au contraire. D’ailleurs, ceux détectés parce qu’ils ont passé un bilan psychométrique réfutent ce terme « surdoué » : arrogant, prétentieux. Quant aux autres, ils ne se trouvent pas très intelligents, décalés, alors imaginez : « surdoués » !

Reconnaître la qualité du travail de votre collaborateur HPI, la pertinence d’une de ses idées, le rôle qu’il a joué sur un projet est un précieux cadeau à lui faire, encore plus qu’à d’autres. C’est un formidable levier pour libérer ses compétences, sa créativité notamment, retenue par manque de confiance.


Comment le coaching peut-il vous aider à manager un adulte surdoué ?

Vous pouvez proposer un coaching à ce collaborateur que vous ressentez « pas comme les autres », « en dehors du cadre », « pas vraiment dans le moule »... pour l’accompagner lors d’un changement de fonction. On trouve beaucoup de surdoués sur des postes d’experts, tant leur soif de connaissance les conduit à explorer et à maîtriser parfaitement certains sujets. Or les promouvoir sur un poste de manager sans les accompagner peut vite tourner à l’échec, par manque de confiance une fois encore.

Vous pouvez également faire accompagner un collaborateur déjà en poste et que vous pensez peut-être surdoué, pour l’aider à progresser sur des points que vous aurez identifiés : s’affirmer comme leader, gagner en impact dans des prises de parole qui seraient foisonnantes ou au contraire minimalistes, trouver son propre style managérial car bien souvent il ne se reconnait pas dans les modèles managériaux qui l’environnent...

Accompagné par un professionnel, formé pour l’aider à identifier ses spécificités d’adulte surdoué, il gagnera en confiance, apprendra à apprivoiser son hypersensibilité, et à libérer son potentiel. Le coaching pourra aussi lui fournir des outils et le recul nécessaire pour l’aider à gérer son décalage. Pour communiquer de manière efficace avec les autres, par exemple, en plaçant la tolérance envers « les collègues trop lents » au cœur des échanges.


En tant que manager ou DRH, vous pouvez vous offrir l’accompagnement d’un professionnel formé aux spécificités des adultes surdoués. Surtout si vous l’êtes vous-même, que vous le sachiez ou pas. Cela vous aidera à mieux vous connaître grâce au regard neutre d’un professionnel aguerri et à décrypter les fonctionnements des collaborateurs atypiques que vous croisez forcément. N’oubliez pas qu’entre atypiques, « vous vous attirez ».


Parlons-en !


>> https://www.leadinov.com/contact



Pour commencer à utiliser Disqus, dirigez-vous vers le panneau de propriété.
L'auteur

Je suis Véronique Bouton, coach certifiée HEC, dirigeante fondatrice de Leadinov.

J'accompagne les entreprises dans leur souhait de connecter les talents multiples pour gagner en bien-être, innovation et performance.

Je partage sur ce blog l'actualité du coaching, de l'intelligence collaborative et du coaching des adultes surdoués, profils atypiques.

Catégories
Tags